Les bons réflexes avant d’acheter

Sommaire :
    Un nouvel achat en prévision ? Un smartphone plus design, un ordinateur plus compact, une TV dernier cri 4K ou encore un sèche-cheveux connecté ? La pollution du numérique passe d’abord par la fabrication des appareils alors, avant de nous lancer, posons-nous les bonnes questions et adoptons les bons réflexes !
    reflexe achat

    Résister à l’appel de la nouveauté

    88 %

    des Français changent leur téléphone portable alors qu'il fonctionne encore.

    La mode, la pub, les offres… Tout nous incite à acheter et à racheter neuf ! Pourtant, le renouvellement trop rapide de nos appareils pèse lourd sur l’environnement.

    + 75 %

    des émissions de gaz à effet de serre du numérique proviennent de la fabrication des terminaux. (étude ADEME/ARCEP 2021)

    Le paradoxe : plus on « dématérialise », plus on utilise de matières. Et plus on miniaturise et complexifie les composants, plus on alourdit leur impact sur l'environnement.

    70

    matériaux différents, dont 50 métaux (notamment des métaux rares) sont nécessaires pour fabriquer un smartphone.

    L’exploitation des mines conduit à la destruction d’écosystèmes et à de multiples pollutions de l’eau, de l’air et des sols. Et la fabrication de certains appareils pose également des problèmes sociaux et éthiques : les conditions de travail sont parfois déplorables et l’extraction de minerais rares alimente des conflits armés aux dépens des populations locales.

    Rendre cette fabrication soutenable écologiquement et socialement est donc une responsabilité collective. Notre responsabilité. C’est pourquoi, il est préférable d’attendre par exemple que son téléphone ne fonctionne plus avant de le remplacer ! Et ce n’est pas notre porte-monnaie qui nous dira le contraire…

    Pour en savoir plus :

    Bouton Play pour lancer la vidéo
    Les 5 R pour lutter contre l’obsolescence culturelle - Brut
    Bouton Play pour lancer la vidéo
    La Minute Pratique : Quels sont les impacts environnementaux de la fabrication d'un smartphone ?
    Bouton Play pour lancer la vidéo
    UPPERCUT : Comment réduire notre consommation de biens ?

    Emprunter, louer plutôt qu’acheter

    Qui n’a jamais fait l’acquisition d’un appareil avant de l’oublier rapidement dans un placard ? Ce projecteur vidéo par exemple, acheté pour animer le mariage de sa meilleure amie et qui n’a plus jamais servi après… Pour tous ces objets dont on n’a peu l’utilité, l’emprunt et la location sont d’excellentes alternatives à l’achat.

    Et même pour les appareils du quotidien : les téléphones, les ordinateurs peuvent également se louer ! Des coopératives comme Commown modèle de location sans option d’achat avec dans leur catalogue des appareils plus durables ET réparables. Un bon moyen de préserver nos ressources et d’allonger la durée de vie de nos appareils !

     

    Pour en savoir plus :

    Bouton Play pour lancer la vidéo
    Utiliser plutôt que posséder ! / Consomag

    Acheter en fonction de ses besoins réels

    Avons-nous réellement besoin d’une tablette en plus d’un ordinateur et d’un smartphone ? D’un PC surpuissant simplement pour saisir des fichiers Word, Excell et surfer sur le web ?  D’une immense 2e télé pour la regarder de temps en temps dans la chambre ?

     

    34

    c’est le nombre d’équipements électriques et électroniques que les Français pensent posséder par foyer. Ils en possèdent en réalité 99 ! Et 6 d’entre eux ne sont JAMAIS utilisés.

    200 kg

    c’est la quantité de matières qu’il faut excaver pour récolter quelques grammes de minerais nécessaires à la fabrication d’un smartphone !

    Il est important de se poser les bonnes questions...

    Eviter le suréquipement est d’autant plus important lorsqu’on prend en compte le poids caché de l’ensemble des matières qu’il a fallu extraire, exploiter et transporter pour fabriquer tous ces appareils. 

    Nombre d'objets connectésLe suréquipement concerne notamment les objets connectés dont le nombre explose ! 

    Montres, parasols, frigos, fours, colliers pour chien, pèse-personnes connectés… : on ne compte plus le nombre de ces objets nécessitant des connexions quasi permanentes qui pèsent aussi sur l’environnement. Ils sont trop souvent achetés sur un coup de tête et sont au final peu utilisés car non indispensables à notre quotidien.

    ​Enfin, certaines caractéristiques et fonctions de nos appareils numériques augmentent leur impact environnemental. C’est le cas de la haute définition sur l’appareil photo et la caméra des smartphones ou encore la taille de nos écrans : plus elle est grande, plus elle nécessite de ressources et plus sa consommation électrique est importante !

     écran 160 consomme autant que écrans 80

     

    Pour en savoir plus :

    Bouton Play pour lancer la vidéo
    Le poids carbone de nos objets

    Opter pour la seconde main

    Si après réflexion, on a vraiment besoin d’acheter un nouvel appareil, avant d’avoir recours au neuf, pensons aux appareils d’occasion ou reconditionnés.
    Choisir la seconde main est une option plus économique et écologique, qui contribue à la sobriété numérique.
    Il existe de plus en plus d’entreprises qui proposent des produits reconditionnés, c’est-à-dire nettoyés, vérifiés et restaurés par des professionnels. Ces produits sont un peu plus chers que les simples appareils d’occasion mais offrent la garantie d’être en bon état et de pouvoir fonctionner encore plusieurs années.

    Pour en savoir plus :

    Bouton Play pour lancer la vidéo
    Idée reçue : Achat d’occasion

    Privilégier les achats de produits «durables»

    Au moment d’acheter, choisissons les appareils que l’on pourra garder plus longtemps et qui seront par exemple facilement réparables. Certains fabricants proposent des produits impossibles à ouvrir, dont les batteries sont soudées, dont les composants sont collés entre eux, dont les pièces détachées sont introuvables ou très onéreuses...

    Pour ne pas se tromper, il suffit de privilégier les appareils porteurs d’un bon indice de réparabilité qui seront plus faciles à réparer ou encore de se fier aux labels environnementaux qui permettent d’identifier les produits plus résistants, facilement démontables, simples à entretenir ou encore bénéficiant d’une extension de garantie…

    indice réparabilité

    En savoir plus :

    Bouton Play pour lancer la vidéo
    Brut – Indice de réparabilité

    Autres articles